Le dilemme de l’éthique

Que puis-je faire ? Que dois-je faire ? Que vais-je faire ?

Dans n’importe quelle sphère d’activité nous sommes confrontés indéniablement, à un moment donné, à une situation inconfortable qui nous oblige à nous questionner et qui, quelque fois, remet même en question nos valeurs fondamentales.

Que puis-je faire ? Que dois-je faire ? Que vais-je faire ?

Une panoplie de facteurs vont influencer notre jugement comme notre éducation familiale, notre scolarité, nos amis, notre travail, nos expériences passées, une séparation, un deuil, nos convictions, nos idéaux et notre religion (qui, bien souvent, est l’essence même de notre culture).

Voici quelques situations purement fictives.

Joséphine (nom fictif) est assistante virtuelle à son compte et offre une panoplie de services en bureautique, en comptabilité et en conception de site web. Italienne d’origine elle parle couramment quatre langues (français, anglais, italien et espagnol). Elle ne croule pas sous l’or et tout mandat est toujours le bienvenu.

Un jour un membre d’un clan connu de la mafia montréalaise italienne la contacte. Il a besoin d’une personne pour tenir la comptabilité de son restaurant de cuisine familiale, Le « Mio Bambino Caro ». C’est un mandat à long terme qui lui garantit dix à quinze heures de travail par mois depuis la maison. Ce restaurant n’a aucun lien direct avec le clan mafieux et a une bonne réputation.

Les « petits bonhommes » dans sa tête se mettent alors à se bousculer. Issue d’une famille ouvrière, catholique pratiquante et sans histoire, elle se trouve soudainement en position d’inconfort et doit prendre une décision. Devrait-t ’elle accepter ce contrat selon vous?

Joseph (autre nom fictif) est concepteur web. Il débute dans le domaine et a de la difficulté à promouvoir ses services. Bref, il a de la difficulté à boucler ses fins de mois et est, donc, assoiffé de mandats. Néanmoins, Joseph s’est toujours vanté de respecter le droit à la propriété intellectuelle et en fait même la promotion via son blogue. De plus, il a même écrit un article qui fut publié dans le magazine « Le Web et vous » qui défend, bec et ongle, l’importance du respect des droits d’auteur.

Il doit produire un devis pour la conception d’un nouveau site web pour « Le refuge des femmes battues de Sainte-Louise-sur-les-berges » qui est un organisme à but non lucratif reconnu à vocation sociale et qui a très peu de moyen pour financer un tel projet.

L’organisme propose une panoplie d’images, de textes et de concepts pigés ici et là sur internet et déclare, faute de moyens financiers, ne pas être en mesure de produire leur propre contenu. Donc, plagiat, images sous licences, etc. sont au menu et l’obtention du mandat en dépens. Et vous, accepteriez-vous de produire ce devis ?

Carlos (autre nom fictif) est propriétaire d’une firme florissante de gestion de contenu web. Son principal fournisseur de service est son beau-fils qui, en tant qu’assistant virtuel, lui fournit, depuis des années, des prestations régulières et récurrentes pour maintenir le site de vente en ligne de son principal client en plus de maintenir le sien. Ce client représente plus de 25% du chiffre d’affaire de l’entreprise de Carlos.

Pour son beau-fils, ces mandats lui procurent toute la stabilité financière nécessaire voulue car les contrats que son beau-père lui procure représentent plus de 55% de ses revenus bruts. Sans ces contrats, il aurait l’obligation de fermer boutique.

Un jour ce beau-fils est arrêté et accusé de possession de plus d’un kilogramme de cocaïne en vue d’en faire le trafic et fait les manchettes dans tous les médias puisqu’il en ressort qu’il aurait, potentiellement, des liens avec un membre d’un gang de rue. Si vous étiez Carlos, que feriez-vous ? Quelques amis de Carlos lui font fait que l’image de son entreprise s’en voit affectée et lui suggère fortement de se dissocier de son beau-fils et de formuler un communiqué à tous ses clients pour sauver la donne.

Carlos a donc un dilemme. Sauver son entreprise ou sauver son ménage ?

Dans toutes les situations où vos valeurs fondamentales sont mises à l’épreuve, pesez le pour et le contre en répondant à ces simples questions;

• Pourriez-vous faire preuve de discernement ?

• Pourriez-vous tenir compte des impacts, des dangers et des répercussions potentielles ?

• Seriez-vous capable de vivre sereinement avec votre décision ?

• Seriez-vous capable moralement de justifier votre décision devant vos pairs?

• Seriez-vous convaincu d’accomplir ce qui est juste ou ce qui est bon dans ces circonstances ?

• Seriez-vous, par votre décision, en train de renier ce que vous condamner ?

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses car rien n’est blanc ou noir, tout est gris en éthique. Étalez ces scénarios à vos proches, amis et connaissances et, à coup sûr, leurs opinions seront divergentes.

Personnellement, mon côté analytique devrait, en principe (et en prenant de grandes respirations), prendre le dessus sur mes émotions.

La cas « Joséphine », par exemple. Dame honnête et intègre provenant d’une famille modeste et catholique est confrontée, malgré elle, avec la possibilité d’avoir un lien, même très indirect, avec le crime organisé. Pourrait-t ’elle être capable de faire abstraction entre ses valeurs fondamentales envers le crime organisée même si le mandat proposé n’a pas de liens ? Seule Joséphine peut y répondre.

Le cas « Joseph » confronte un autre dilemme. Peut-il, en toute bonne conscience, refiler la totalité de la faute à l’organisme « Le refuge des femmes battues de Sainte-Louise-sur-les-berges » s’il le site serait pris à partie pour plagiat ? S’il a un esprit philanthrope et adhère à leur cause, pourrait-t ’il offrir parallèlement et gratuitement ses services pour s’assurer que le contenu soit légitime ? Ou simplement se désister.

Le cas « Carlos » est complexe car il implique la famille immédiate. Donc, en plus d’éthique la notion de conflit d’intérêt entre en ligne de compte car il implique le fils de sa bien-aimée. Ce scénario proposé de dis pas si son beau-fils sera éventuellement trouvé coupable ? N’oublions pas, nous sommes tous innocents jusqu’à preuve du contraire dans notre système de justice.

On sait que « potentiellement » il aurait un lien avec un membre de gang de rue lors de son arrestation. Est-ce que cela a été vérifié et validé ? Peut-t ’être ne savait-t ’il même pas que la tierce personne faisait partie d’un gang. Savait-t ’il ce qu’il transportait ? « Comme tu passes par-là, pourrais-tu me rendre service et aller porter ce colis à telle adresse ? ». Bref, ne pas tomber en mode jugement uniquement fondé sur des apparences qui s’opposent à nos valeurs.

Carlos doit faire un choix entre sa famille et son entreprise. Que devrait-t ’il faire selon vous ?

Alors, dans ce genre de situations…

Que pourriez-vous faire ? Que devez-vous faire ? Qu’allez-vous faire ?

Votre assistant virtuel